Interview : Togashi et Kishimoto discutent de la construction d’un univers manga

Sur le Twitter de GIGA JUMP en juin 2016, plus de 500 questions ont été posées par les fans. Kishimoto et Togashi ont ensuite tiré des questions au sort et ont discuté de ces sujets durant trois heures et demie. Voyons comment ces géants de l’industrie considèrent la construction d’un univers dans les mangas !

JUMP GIGA : Et maintenant, passons à la question suivante de Sandman. « Je voudrais demander aux deux artistes ce qu’ils préfèrent le plus : travailler sur l’histoire ou sur le dessin ? »

Les deux : Ohhh…

GIGA JUMP : Je me souviens que Togashi Sensei a dit une fois dans les commentaires d’un concours, « Si vous voulez être un mangaka, sachez que vous n’aurez pas le temps de dessiner. »

Togashi Sensei : C’était juste moi qui étais négatif. [ rires ] Votre style s’améliorera à mesure que vous travaillerez sur une sérialisation. Vous êtes obligé de dessiner chaque semaine. De plus, nous avons tous commencer à créer des mangas parce que nous aimons dessiner, n’est-ce pas ? Et vous, Kishimoto Sensei ?

Kishimoto Sensei : J’étais un enfant qui aimait vraiment dessiner. C’est en réfléchissant à un métier où je pourrais dessiner que j’ai eu l’idée de devenir mangaka, puis j’ai essayé d’étudier comment créer l’histoire. Je suis donc le genre de personne qui est devenu mangaka parce qu’il aime dessiner.

Togashi Sensei : J’ai toujours trouvé que votre style était vraiment étonnant. C’est très impressionnant que vous puissiez dessiner avec un tel niveau de composition dans le temps limité d’une série hebdomadaire.

Kishimoto Sensei : Vous n’avez vraiment pas besoin de tenir compte de l’objectif d’un appareil photo lorsque vous dessinez, mais je ne peux pas m’en empêcher. J’aime dessiner des plans de longue distance, de grand angle et expérimenter la profondeur de champ. Mais la plupart des lecteurs ne remarquent pas ce genre de détails, c’est un peu du travail perdu pour un mangaka de séries hebdomadaires. Mais d’autres sont beaucoup, beaucoup plus doués que moi. Comme Katsuhiro Otomo.

GIGA JUMP : Oh ! Vous remettez Akira sur le tapis !

Kishimoto Sensei : Oui, je crois aussi qu’en termes de capacité d’illustration pure, un mangaka ne peut pas battre un animateur.

GIGA JUMP : Que voulez-vous dire ?

Kishimoto Sensei : Il y a une énorme différence dans la quantité de matériel qu’ils doivent dessiner. Et ils doivent se soucier de l’objectif, des angles, etc. Ce qu’un animateur de génie peut faire est hors du commun.

Togashi Sensei : Tout à fait. Et même s’ils ne peuvent pas mettre autant de choses dans chaque illustration, c’est si efficace. C’est comme s’ils les traversaient en volant. C’est un autre type de performance que celle de quelqu’un qui passe autant de temps sur un seul dessin.

Sensei Kishimoto : Pour les mangas, vous n’avez pas besoin de vous soucier autant de la quantité, donc c’est vraiment un processus différent… Mais le style de Satoshi Kon était si bon ! Les animateurs talentueux peuvent dire à l’œil de combien de millimètres la perspective est décalée. J’aime me considérer comme quelqu’un qui a étudié l’art, mais ils sont à un tout autre niveau.

GIGA JUMP : C’est vraiment un talent spécial…

Kishimoto Sensei : Alors oui, j’adore dessiner mais… Eh bien, je suis assez épuisé par 15 ans de publications hebdomadaires, alors en ce moment, je n’ai pas du tout envie de dessiner. [ rires ]

GIGA JUMP : Voici une question de Kukai. « Qu’ajoutez-vous ou à quoi faites-vous attention lorsque vous essayez d’apporter de la réalité dans une série qui se déroule dans un monde fantastique ? »

Kishimoto Sensei : Bonne question…

GIGA JUMP : Par exemple, le chapitre 1 de Naruto comportait des poteaux électriques en arrière-plan. Je trouvais que cela reliait la série au monde réel.

Kishimoto Sensei : Oui, il est vrai que j’ai utilisé la méthode consistant à introduire quelques éléments du monde réel dans l’histoire. Il n’est pas facile de faire en sorte qu’un monde fantastique paraisse réel.

GIGA JUMP : Alors que faire ?

Kishimoto Sensei : Eh bien, ce n’est qu’un exemple, mais je pense qu’il est plus facile de comprendre si le monde fantastique est connecté au monde réel d’une certaine manière. Comme la façon dont ils utilisent les gares dans Harry Potter.

GIGA JUMP : Je vois. Donc les deux mondes sont contrastés.

Kishimoto Sensei : Cependant, vous ne pouvez pas faire cela si l’histoire se déroule dans un monde complètement fantastique. Que faites-vous alors ? Vous pouvez faire en sorte que les personnages du monde fantastique soient confrontés aux mêmes types de problèmes que nous dans notre monde.

GIGA JUMP : Donc dans le cas de Naruto, ne pas avoir de parents ou d’amis ?

Kishimoto Sensei: Je pense que le lecteur va penser au fait qu’il a le même type de problèmes dans sa vie pendant qu’il lit l’histoire. Une erreur fréquente consiste à donner aux personnages le type de combat qui ne peut se produire que dans leur monde. Si on ne peut pas s’identifier, il est difficile de s’y intéresser.

GIGA JUMP : C’est vrai. C’est beaucoup plus pertinent si le problème n’est pas simplement  » le roi démon est si fort  » mais plutôt quelque chose comme  » ma bien-aimée a été kidnappée  » ou  » ma famille va être tuée « .

Kishimoto Sensei  : Le moyen d’apporter de la réalité, ou plutôt de permettre au lecteur d’entrer dans le monde que vous avez créé, c’est de lui faire ressentir de l’empathie.

Togashi Sensei : Oui. Oui, oui.

Kishimoto Sensei : Une fois que vous avez établi un lien émotionnel avec un personnage, même si quelque chose de totalement fantastique se produit, vous pouvez toujours sentir la réalité dans l’histoire. C’est pourquoi il ne faut pas commencer par un monde et des thèmes fantastiques dès le départ, le lecteur serait perdu.

GIGA JUMP : Comme expliquer l’univers dès la première page ? Comme « Les humains survivants divisèrent leur société en quatre parties et s’affrontèrent pour le contrôle de la nouvelle ressource énergétique… »

Togashi Sensei : Oh ! J’aime ça ! [ rires ]

GIGA JUMP : Quoi ?! [ rires ]

Togashi Sensei : J’adore quand la première page est remplie de légendes qui expliquent le monde.

Kishimoto Sensei : J’ai fait ça pour mes one-shots.

Togashi Sensei : Et puis les deux pages suivantes sont la propagation. C’est ce que je préfère ! [ rires ]

Kishimoto Sensei : Mon éditeur m’a mis en garde contre ça.

Togashi Sensei : Moi aussi ! On m’a aussi mis en garde contre ça.

Kishimoto Sensei : C’est quelque chose qu’ils listent comme un point négatif dans les commentaires des prix de manga. [ rires ]

Togashi Sensei : Comme  » Trop de texte au début va stresser le lecteur « . Eh bien, j’aime ça. [ rires ]

GIGA JUMP : C’est un dilemme ! [ rires ]

Togashi Sensei : Pour YuYu Hakusho, je créais un monde réaliste avec des éléments fantastiques, donc c’était vraiment facile. En se basant sur la réalité, il est plus simple pour les lecteurs de mon âge d’entrer dans l’histoire. Par exemple, lorsque Itsuki, le partenaire de Sensui, dit « Jun Togawa sera sur Hit Studio demain ». C’est quelque chose que j’ai réellement vécu, ainsi les gens qui regardent la télévision comme moi seraient surpris « Oh ! ». En ajoutant vos propres expériences, je pense que vous pouvez réduire la distance entre l’histoire et le lecteur.

GIGA JUMP : C’est vrai. Quand vous avez mentionné des choses comme le duo de BD Downtown ou le jeu vidéo Momotetsu dans l’histoire, je me suis senti beaucoup plus proche de celle-ci. Je vois…

Togashi Sensei : Et comme j’avais déjà créé une série basée sur le monde réel, j’ai décidé d’essayer quelque chose de nouveau. C’est ainsi qu’a débuté Hunter x Hunter.

Kishimoto Sensei : Hunter x Hunter commence par la pêche de Gon, n’est-ce pas ? C’est un lien direct avec notre monde. Et Gon a un problème avec son père. Et d’autres petits détails, comme recevoir du courrier.

Togashi Sensei : Exactement. En fin de compte, il n’est pas nécessaire de trop y réfléchir. Même en créant un monde fantastique, en le basant sur le monde que vous avez connu à un certain âge, vous pouvez le relier à la réalité.

GIGA JUMP : Ce n’est donc pas quelque chose de complètement original.

Togashi Sensei : Lorsque j’ai commencé Hunter x Hunter, je me suis basé sur l’époque où j’étais à l’école primaire ou au collège. Mais au fur et à mesure que la série s’est développée, elle a été liée à mon époque. J’ai introduit les téléphones portables, puis les smartphones. Je ne m’en suis donc pas trop préoccupé. Je suppose que je ne peux pas dire que c’est le meilleur conseil à donner à ceux qui aiment les histoires fantastiques complètes.

GIGA JUMP : Par « fantasy complète », vous entendez quelque chose qui se déroule dans l’Europe médiévale, avec des épées et de la magie ?

Togashi Sensei : Ce qui est dangereux, c’est quand les gens qui aiment les mondes fantastiques des jeux vidéo essaient de les exprimer dans les mangas. Je pense qu’il est très difficile d’exprimer la réalité quand on ne peut pas se sortir de la sensation d’un jeu vidéo. Il faut donc faire attention à cela.

GIGA JUMP : Pourquoi ?

Togashi Sensei : Ce qui fait que chaque jeu est amusant et intéressant est différent. Si vous essayez d’exprimer ce qui rend un jeu vidéo amusant dans un manga, vous échouerez. J’aime aussi les jeux, donc je comprends le désir de faire un manga basé sur un jeu…

Kishimoto Sensei : Dans les jeux vidéo, on s’amuse en déplaçant un personnage qui est un avatar de soi-même. Dans un manga, vous vous amusez en regardant un personnage qui n’est pas vous se déplacer. Ils sont donc très différents. Lorsque vous aimez un jeu à ce point, votre opinion peut être très subjective. Du genre « J’adore ce jeu, donc il serait génial en manga ! » Mais vous y entrez d’un point de vue complètement différent. Dans un manga, le créateur doit choisir comment l’histoire se déroule tout en permettant au lecteur d’éprouver de l’empathie.

Togashi Sensei : Il y a une grande différence entre participation et empathie.

Sensei Kishimoto : Dans les jeux vidéo, vous pouvez toujours réinitialiser les choses. Vous pouvez changer votre équipement, les membres de votre groupe ou d’autres aspects comme vous le souhaitez, ce qui crée un effet dramatique dans le jeu lui-même. Mais avec les mangas, il ne s’agit pas de vous, mais d’un drame concernant les autres. Vous devez donc le créer de manière à ce que le lecteur puisse s’identifier à l’histoire sans se sentir angoissé. Vous ne pouvez pas avoir un monde fantastique complexe qui empêche le lecteur de comprendre les motivations du personnage.

Éditeur : C’est un bon point. Il y a beaucoup de propositions de nouveaux créateurs qui sont du genre « Je suis dans un monde de jeu vidéo ! ». La plupart d’entre eux sont terriblement ennuyeux.

GIGA JUMP : Ont-ils l’impression d’être coincés dans le format typique de la fantasy ?

Rédacteur : C’est difficile de leur donner des conseils. Je sentais que l’histoire en manquait… mais maintenant je connais enfin la raison !

Togashi Sensei : Lorsque je joue à un jeu vidéo, le fait que je l’aime ou non est généralement basé sur le système de jeu. Il s’agit donc d’un type de plaisir totalement différent.

Kishimoto Sensei : Oui. Les jeux sont rendus amusants par leur conception.

Togashi Sensei : Ce serait bien si vous pouviez appliquer ce système aux mangas, mais les mangas doivent d’abord être intéressants en raison des relations entre les personnages. Ainsi, même si un manga ressemblait à un jeu, il n’aurait aucun sens car vous ne pourriez pas interagir avec lui. Ce qui fait la grandeur d’un manga, c’est que l’on peut ou non s’identifier aux personnages créés par l’artiste.

Kishimoto Sensei : Je pense qu’il est important de s’exposer à différents types de divertissement. Cela devrait vous aider à voir ce qui apporte de la joie aux gens. Alors cette question en elle-même est un peu décalée… Je sais que c’est impoli, mais…

Togashi Sensei : Oh, il vous gronde, Kukai. [ rires ]

Kishimoto Sensei : Non, non. [ rires ]

Togashi Sensei : Si les personnages sont vivants et que le manga est agréable à lire, le monde n’a pas d’importance.

Kishimoto Sensei : J’ai l’impression d’avoir déjà dit quelque chose de similaire quelque part. [ rires ]

Togashi Sensei : Je comprends que c’est amusant de créer son propre monde.

Kishimoto Sensei : Si j’étais étudiant, je suis sûr que j’aurais posé la même question. Je ne suis pas en colère contre Kukai, je m’identifie à lui. La question porte sur la fantaisie, mais peut-être que ce qu’il veut dire c’est « un monde auquel vous ne pouvez pas vous identifier ».

GIGA JUMP : « Un monde auquel vous ne pouvez pas vous identifier » ?

Kishimoto Sensei : Prenez le sport comme exemple. Presque tout le monde connaît le baseball, donc je crois que c’est facile de s’y identifier.

GIGA JUMP : C’est logique.

Kishimoto Sensei : Mais si vous introduisez un sport de niche, les gens ne connaissent pas les règles, donc ils ne peuvent même pas dire ce qui se passe. Donc… et je m’excuse auprès des gens qui y jouent, mais quelque chose comme le kabaddi, un jeu Indien.

Togashi Sensei : Pour quelqu’un qui ne l’a jamais vu auparavant, le kabaddi serait un monde imaginaire.

Kishimoto Sensei : Oui, il ne le reconnaîtrait pas. Ils ne peuvent donc pas s’y identifier. Alors comment attirer quelqu’un dans une histoire de kabaddi ? Vous vous concentrez sur les joueurs. Pourquoi pratiquent-ils ce sport ? Le drame de leurs motivations intéressera le lecteur, et je pense qu’il finira par apprendre les règles de ce sport.

Togashi Sensei : C’est incroyable comme on peut apprécier n’importe quoi tant qu’il y a du drame. Vous n’avez pas besoin de connaître les règles. C’est l’une des plus grandes forces de la narration.

Kishimoto Sensei  : Donc, concentrez-vous d’abord sur les joueurs, puis sur les règles. Allez jusque-là et le lecteur appréciera même s’il ne connaissait pas ce sport auparavant.

GIGA JUMP : Vous avez raison. Les mangas de sport gardent généralement les règles pour une fois que l’on s’intéresse aux personnages.

Kishimoto Sensei : Les comédiens de Downtown ont un sketch où ils font des sports étranges, et c’est en fait une référence très utile. Les comédiens sont drôles, donc c’est agréable de continuer à regarder. C’est la même chose pour la fantasy. Même si le créateur est enthousiasmé par le monde, s’il n’y a pas de personnages intéressants, les autres ne s’y intéresseront pas. Ce sera juste quelque chose qu’ils ne comprendront pas.

GIGA JUMP : Passons à la question suivante. Fu demande : « Étiez-vous bon en dessin quand vous étiez petit ? »

Togashi Sensei : Je ne pensais pas être bon, mais je me souviens du moment où j’ai commencé à penser que je l’étais peut-être. C’était quand on m’a dit que mon travail serait soumis à une exposition.

Kishimoto Sensei : Oui, la même chose pour moi.

GIGA JUMP : Vous aussi ?

Kishimoto Sensei : Je pense que c’était à l’école primaire. Une affiche que j’avais dessinée pour mes devoirs pendant les vacances d’été a été soumise à une sorte d’exposition. Il y avait un tas de prix, mais je pensais que le simple fait d’être inscrit signifiait que j’étais le meilleur. Mais tout ce que j’ai gagné, c’est une sorte de prix culturel qui n’était qu’une étape au-dessus de la participation à l’exposition. J’étais très timide à l’époque, mais j’ai accepté de recevoir le prix. C’est à ce moment-là que j’ai pensé que je pouvais être bon.

Togashi Sensei : Lorsque vos camarades de classe regardent vos gribouillages et disent « Wow !!! », vous ne pouvez pas vous empêcher de penser que vous êtes bon. Tout dépend de l’opinion des autres. Je ne pensais pas vraiment que j’étais bon, mais quand les autres vous disent que vous l’êtes, vous commencez à penser que vous avez peut-être du talent.

Kishimoto Sensei : Quand j’étais en première année, j’ai dessiné un poisson rouge. J’ai dessiné les plis de la queue du poisson rouge lorsqu’il se déplace. Je pensais que c’était normal, mais une fille a dit que c’était vraiment bien. Je m’en souviens encore.

Togashi Sensei : Vous êtes tellement doué pour ça ! Au même niveau que Hayao Miyazaki qui dessine les plis d’un tissu !

JUMP GIGA : Vous étiez capable de dessiner en trois dimensions depuis l’école primaire ?

Kishimoto Sensei : Je n’en sais rien… Peut-être que d’autres le diraient. Mais j’ai une histoire à propos d’un autre artiste, Ikemoto Sensei, qui dessine Boruto. Quand il était enfant, il ne pouvait pas se payer les autocollants Bikkuriman, alors il dessinait les siens. Puis ses amis les lui achetaient. C’est alors qu’il a commencé à penser que son art avait de la valeur. [ rires ]

Togashi Sensei : Oh ! Mikio Ikemoto Sensei ! Il était votre assistant ?

Kishimoto Sensei : Oui, il l’était.

Togashi Sensei : Intéressant. Il est vraiment bon.

Kishimoto Sensei : Oui, il l’est vraiment.

GIGA JUMP : Vous travaillez avec lui depuis longtemps, n’est-ce pas ? Je crois avoir vu son nom dans le premier volume.

Sensei Kishimoto : Oui, depuis 15 ans.

GIGA JUMP : Nous avons ensuite une question de Kan-san.

Togashi Sensei : Nooo woooories !

GIGA JUMP : Non, ce n’est pas le chanteur de « Love Wins ». [ rires ] La question est « Est-ce que Kishimoto a prévu une prochaine série ? Est-ce que Togashi Sensei a des idées pour une série à part Hunter x Hunter ? »

Togashi Sensei : Hmm… Je ne sais pas trop quoi dire, mais j’ai tellement de nouvelles choses que je veux créer. Je n’aurais jamais imaginé que je ferais Hunter x Hunter avec autant de pauses entre les deux.

Kishimoto Sensei : J’ai planifié ma prochaine série. Je suis déjà en train de faire des recherches pour elle.

GIGA JUMP : Whoa, vous lâchez des bombes…

Kishimoto Sensei : Je ne peux pas vraiment en dire plus.

Togashi Sensei : Ouais ! C’est ce qui rend les choses difficiles. Je ne peux rien dire !

Kishimoto Sensei : En plus, j’ai même gardé le secret vis-à-vis de mon éditeur actuel. C’est la première fois que j’en parle. Je ne voulais pas qu’il y ait de fuite. J’en ai seulement discuté un peu avec mon premier éditeur, Yahagi-san, qui n’est plus un éditeur direct.

GIGA JUMP : Allez-vous l’annoncer d’ici la fin de l’année ?

Kishimoto Sensei : Eh bien, oui. Probablement d’ici là.

GIGA JUMP : Whoa !

Kishimoto Sensei : Avec un peu de chance ! [ rires ] C’est toujours en cours de développement.

Cet article est paru dans le volume 2 de GIGA JUMP de l’année 2016.

Cette interview est découpée en 2 parties, une partie traite le sujet de l’univers manga et l’autre de créativité, elle est en cours de traduction, nous la publierons dès qu’on aura fini. Si vous voulez nous soutenir, partagez l’interview et suivez-nous sur nos réseaux sociaux pour ne pas rater l’annonce de la deuxième partie. 

Voir l'affiche de l'anime
Cet article n'a pas d'anime lié

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tags de l'article