One Piece Novel Heroïnes : Boa Hancock

Pages 2/12

– Comment cela pourrait-il être possible ? Des cris se faisaient entendre dans tout le château Kuja. Craignant le pire les guerrières Kuja débarquèrent en trombe dans la chambre de Hancock. Là se trouvaient Hancock et la grand-mère Nyon. La grand-mère Nyon qui était genoux à terre dit d’une voix tremblotante :

– C’est parce que tu déblatères des inepties que je me suis retrouvée à terre. Il n’y avait que la grand-mère Nyon pour s’adresser de la sorte à l’impératrice pirate.

– Qu’est-ce qui te fait dire que ce sont des inepties ? Lui rétorqua sèchement Hancock.

– On ne peut pas l’affirmer avant d’avoir entendu tes arguments, Hancock! Cependant c’est fort probable.

– Non ! Pourquoi es-tu aussi sûr de toi ? Grand-mère Nyon, tu sais quelque chose ?

– Peut-être.

Hancock se rapprocha de grand-mère Nyon qui était bien résolue à ne pas parler. On n’avait jamais vu autant de sévérité sur le visage de Hancock.

– Alors? Gloriosa, si tu sais quelque chose, crache le morceau.

– Tu m’ennuies ! Si tu as du temps à prendre avec des choses aussi insignifiantes, pourquoi ne sortirais-tu pas dehors saluer ton peuple ?

– Comment oses-tu qualifier de choses insignifiantes Luffy et Moi !

La guerrière Enishida regardait ces deux-là de loin se crêper le chignon. Pour comprendre les raisons de leur dispute il faut remonter le temps de quelques mois.

:snake:

Un matin pluvieux et orageux, Margareth était de garde avec Suitopeia et Aphalendra.

– Oh, regardez ! Il y a quelque chose là-bas !

Dirigeant les jumelles dans la direction de l’objet non identifié, elles virent que c’était une petite embarcation à la dérive. S’attendant à ce qu’en sorte un espion de la marine, elles ne purent cacher leur surprise en découvrant un visage familier. La personne qui était sortie de l’embarcation était Dalia, une guerrière Kuja portée disparue depuis des mois.

– Opération : le retour de Dalia.

– Allons vite l’accueillir !

Ni une ni deux les trois amies se dirigèrent vers la plage.

Page 3/12

Voulant ramener en pleine tempête à la mer un monstre marin qui était rentré dans leur bateau, Dalia était tombé à la mer. Depuis ce jour-là on était sans nouvelles d’elle. Et juste au moment où on s’était fait une raison et que les doyennes envisageaient de lui préparer des funérailles, on découvre qu’elle est bien vivante. Sur la place Dalia les attendait.

– Opération : Dalia, bon retour parmi nous.

Il n’y eu pas de réaction de la part de Dalia au propos de Suitopeia.

– Dalia, ça va ? Tu n’es pas blessé ? Lui demanda Margareth.

– Je ne suis pas blessé mais… appelez vite Cassandra ! Elle est sur le point de naître.

Il n’est pas rare que des guerrières reviennent enceintes, mais assez étonnamment les bébés qui naissent ici sont toutes des filles. Amazon Lily est un pays de femmes où les hommes sont strictement interdits. Dalia n’échappa pas à la règle. Le bébé qui naquit d’elle fut une fille en pleine santé. C’était normal chez les Kuja de s’entraider pour l’éducation des enfants.

Page 4/12

Un jour, Dalia reçut une convocation à se présenter devant Hancock. Pour les guerrières qui habitent cette île, être appelée par la princesse serpent, qui est la personne la plus importante de l’île, n’est pas une mince affaire.

– Incroyable ! Maîtresse Hancock a convoqué Dalia.

– Dalia ! Qu’est-ce que tu as fait ?

Margareth, Suitopeia et Aphelandra étaient agitées à la suite de cette nouvelle, mais Dalia ne semblait pas surprise. Elle se doutait que cela finirait par arriver. Elle connaissait déjà les raisons de cette convocation. Dalia avait trahi Hancock dans le monde extérieur. Elle a entretenu une relation avec un homme.
Le lendemain matin se rendant au château comme indiqué sur la convocation, elle fut escortée par Enishida jusqu’à l’appartement de Hancock. Prenant son courage à deux mains et ne voulant pas décevoir sa fille, elle entra dans la chambre d’Hancock.

C’est vrai que Dalia a une fois aimé un homme, mais ça ne veut pas dire pour autant qu’elle a oubliée la loyauté qu’elle doit à Hancock. Comme preuve de cela elle s’est séparée de son homme et est rentrée à Amazon lily. Dalia s’était préparée à toutes les questions et était prête à recevoir la colère de la princesse serpent. Elle était résolue et n’avait aucun regret.

La princesse serpent était assise sur un gigantesque lit à baldaquin et un gigantesque serpent l’entourait sur toute la longueur de son corps. Dès qu’elle vît la princesse, Dalia devint incapable de bouger comme si un énorme serpent la fixait. Boa Hancock était d’une beauté presque indescriptible. Son visage était large et lisse, ses yeux en amande, son nez fin et élancé, ses lèvres pulpeuses et sans rides. Ses yeux cachés par de longs sourcils remplis de sagesses et de clairvoyance, étaient noirs et limpides, ses paupières d’une beauté sans pareil, faisaient penser au passage d’un ange. Ce qui était parfait chez elle ce n’était pas seulement son visage, mais aussi son corps dont la beauté avait surpassé la compréhension humaine. Ses longs cheveux noirs la sublimaient encore plus. Sa peu lisse et sans aspérités brillait légèrement et exerçait une attraction telle qu’on aurait dit qu’on avait été envoûté. Que ce soit son décolleté, ses sveltes épaules ou ses vêtements ouverts qui laissaient entrevoir sa poitrine, sa beauté était telle qu’on avait l’impression que la mer avait été fendue en deux. Devant cette beauté sans pareil, Dalia oublia un instant ses repères. Elles n’appartiennent pas au même monde. Dalia en avait presque mal aux yeux devant tant de beauté. Que faire ? Alors que Dalia était venue ici bien décidée à faire face à Hancock. Elle ne se sentait plus le courage de le faire. Comment pourrait-elle s’opposer à une personne aussi jolie ? Hancock se tourna vers Dalia et s’adressa à elle.

– Dalia

Dalia reprit sa respiration. La princesse venait de l’appeler par son prénom. La voix d’Hancock résonnait aux oreilles de Dalia de façon plutôt agréable. Un peu comme les clochettes qu’on utilise en été. Ce n’est pas étonnant qu’une personne d’une telle apparence physique ait une aussi jolie voix.

– Bon retour parmi nous

– Mer… merci

Page 5/12

Dalia était dans un piteux état mais ne laissait rien paraître. Si la situation s’éternisait elle risquait de s’évanouir et de porter la honte sur l’équipage des Kuja.

– Heu…

Dalia prit l’initiative de prendre la parole tout en faisant en sorte de ne pas regarder Hancock.

– Toutes mes sincères excuses pour mon inexpérience qui a conduit à ma chute du bateau.

– Tu as maigri ! Tu as dû beaucoup souffrir

– N… non

– J’ai entendu que tu es revenue enceinte sur l’île

– Oui

Dit-elle d’une voix tremblotante. Elle voulait faire comprendre à Hancock que sa loyauté envers elle n’avait pas bougé d’un iota, que son bébé qui venait de naître portait sur son dos le futur d’Amazon Lily, qu’il était vraiment important pour Amazon Lily. Dalia s’apprêtait à dire que son unique raison de vivre était de servir la princesse serpent, que ce sentiment ne changerait jamais que même dans 100 ans elle serait toujours fidèle à Hancock, que comme Hancock l’avait dit elle avait entretenu une relation avec un homme et que de cette union était né un bébé, que ce bébé était aussi important pour elle que Hancock. Mais au moment où Dalia ouvrit la bouche, Hancock la précéda et dit : Quelle est la chose la plus précieuse pour toi ? Dis-moi tout !

Dalia eut un temps d’arrêt. Pourquoi la princesse serpent lui demandait ça ? Serait-ce pour en savoir plus sur son bébé ? Sur l’homme qu’elle avait aimé ? Si Hancock l’avait convié ici, c’était parce qu’elle s’inquiétait pour son bébé ? Dans ce cas ça voudrait dire qu’elle n’était pas en colère ? Dalia reprit ses esprits et pensa à sa fille. Quand elle l’avait quitté ce matin, elle était calme. En général sa fille passait le plus clair de son temps soit à pleurer, ou soit à dormir.

– Ce matin quand je l’ai quitté elle était plutôt calme. Mais c’est assez inhabituel. D’habitude soit elle pleure soit elle dort.

– Hein, dit Hancock en haussant des épaules. Elle pleure tant que ça ?

– Oui, on pourrait même penser que c’est son boulot.

Page 6/12

– Et à part pleurer il fait quoi ?
– Quand elle a faim elle tête mes seins.
– Je ne pensais pas les bébés intéressés par les seins.
– Ah bon.
Dalia était perplexe. Peut-être devant tant de beauté les bébés perdaient leur appétit. Hancock avait-elle déjà été en contact avec des bébés ? Dalia ne pouvait pas imaginer Hancock qui avait l’habitude de donner des coups de pieds aux chatons et aux bébés phoques s’occuper de bébés.
– Princesse, vous êtes-vous déjà occupée de bébés ?
– Bien sûr que oui.
– Pendant que tu étais perdue en mer. Mon aide a été sollicité et j’ai prêté main forte.
– Quel petit chanceux. Que la princesse s’occupe de lui.
– Je ne pense pas qu’il en ait pris conscience de cette chance. Il passait son temps à rire tout en nous faisant courir dans tous les sens.
Après avoir entendu cela Hancock sembla plus humaine à Dalia et fut un peu plus rassurée.

– Enfin bref passons…… Tu as entretenu une relation avec un homme pour avoir ce bébé ?
– Oui
– Parle-moi un peu de lui ? Comment vous êtes-vous rencontrés ? Qui a fait le premier pas ?
Le moment que craignait tant Dalia était enfin arrivé. Dalia était nerveuse. Les discussions sur les bébés étaient juste un prélude pour mettre en confiance Dalia. Hancock l’avait en réalité conviée pour parler de cet homme. Dalia se convainquit encore une fois de tout dire sans rien cacher à Hancock. Dalia ne voulait surtout pas mentir à Hancock. Elle dévoilerait tous à Hancock et ensuite attendrait son jugement. Dalia se détendit puis se mit à parler.
– Quand j’ai repris connaissance après avoir disparu en pleine mer, je me trouvais échoué sur la plage d’une île déserte. Heureusement pour moi peu de temps après m’être échouée, un navire commercial passait par là et vint à ma rescousse. Les marins à bord de ce navire étaient tous des hommes. Ils n’en croyaient pas leurs yeux d’avoir devant eux une guerrière Kuja. Me voyant affaiblie ils m’ont préparée une chambre et de la nourriture. L’un d’eux s’est particulièrement bien occupé de moi. Tous les jours, il m’apportait de la nourriture sans animosité aucune, à moi qui étais très méfiante envers les hommes. J’ai fini par m’ouvrir de plus en plus et à prendre mon repas tous les jours avec lui. Je leur avais donné un faux nom au début, mais j’ai fini par lui révéler mon vrai nom un jour. Ce nom qui avait été le mien depuis ma naissance et auquel j’étais habitué eut une résonance toute particulière quand il sortit de sa bouche. Maintenant que j’y pense j’étais déjà à l’époque contaminée par le virus dont souffrent tous les hommes. La nourriture qu’on me donnait avait beau être des restes, ces moments passés avec lui étaient spéciaux et inoubliables. Il prit l’habitude de rester avec moi dans ma chambre du soir au matin. Notre relation s’est nouée de façon naturelle.

Page 7/12

Un mois après que je sois montée à bord du navire, s’est tenue la fête d’anniversaire d’un des membres d’équipage. Alors tous les autres membres d’équipage faisaient la fête en cabine, on s’est tous les deux rendus sur le pont et on s’est mit à danser suivant le rythme de la musique qui s’échappait de la cabine. C’est là qu’il m’a fait sa demande. Vu que j’étais complètement rétablie, il avait décidé qu’on me débarquerait au prochain port. Ajouté à cela qu’étant une guerrière Kuja je ne pouvais pas rester éternellement sur un navire commercial. Malgré tout cela j’étais bien décidée à devenir sa femme même si ce ne l’était que pour quelques mois. Les autres membres de l’équipage nous ont organisés une cérémonie de mariage improvisée avec plein de nourritures et nous ont souhaité des vœux de bonheurs. J’étais heureuse et je suis sûr qu’il était aussi. Puis vint le moment des séparations lorsque nous arrivâmes au port suivant. Quand je m’aperçus que j’étais enceinte le bateau avec mon homme était déjà sur l’île suivante.

Pendant que Dalia lui racontait son histoire, La teinte d’Hancock virait du rouge au bleu, elle se mordillait les lèvres et son regard allait dans tous les sens. Elle n’avait pas l’air très à l’aise. Comme attendu Hancock n’était pas très conciliante avec celle qui avait attrapée le virus des hommes.
Dalia était inquiète.
– Princesse, je suis sincèrement désolée. Pendant mon séjour à l’étranger, j’ai contracté la maladie des hommes. J’attends votre châtiment.
– Pas besoin ! Tu peux disposer.
– Hein ?!
Dalia se raidit.
Instinctivement elle fit deux pas en arrière. Que voulait dire la princesse par : tu peux disposer ?
– Princesse, je peux vraiment rentrer chez moi sans recevoir de châtiment ?
Hancock la regarda de manière sceptique.
– Qu’est-ce que tu me chantes ? Pourquoi devrais-je punir une de mes précieuses guerrières qui vient de rentrer au pays ?

Dalia fut finalement amenée jusqu’à la sortie par Enishida. Devant les portes du château l’attendaient Margareth, Suitopeia et Aphalandra.
– Opération : le retour sain et sauf de Dalia.
– Vu que tu ne sortais pas du château on s’inquiétait.
– Qu’est-ce que la princesse te voulait ?
Dalia leur dit qu’elle ne comprenait pas vraiment les raisons qui l’ont amenée au château. Mais visiblement cette réponse ne les satisfaisait pas. Dalia hocha des épaules.

Page 8/12

– Elle voulait juste en savoir plus sur l’époque où j’étais à l’étranger. Ça me touche beaucoup qu’elle prenne le temps de s’inquiéter pour moi, mais je n’en comprends pas trop la raison.
– Peut-être que la princesse voulait juste parler avec toi, en savoir plus sur le monde extérieur.
À peine Margareth eut le temps de dire ça que Dalia l’a repris.
– Je ne pense pas. La princesse est bien plus au fait sur le monde extérieur que toi ou moi. Elle part régulièrement en expédition.
En plus ce qui intéressait la princesse, c’était de savoir comment elle avait rencontré son homme. Dalia ne pouvait concevoir que la princesse s’intéresse à ce genre de futilité. Si ça se trouve il y avait un homme dont la princesse voulait faire son mari. Ça pourrait expliquer cet intérêt soudain pour ce genre d’histoire. Pendant que nos trois amies submergeaient Dalia de questions en tout genre, Dalia se retourna et jeta un coup d’œil au château des Kuja qui se tenait derrière elle. Le palais avec ses tours et ses deux grands serpents qui l’entouraient était le symbole de la confiance dont bénéficiait Hancock. Sa beauté en imposait et personne dans ce pays ne doutait de la force d’Hancock. Hancock ne se laisserait dominer par personne, ni ne montrerait aucunes faiblesses. Leur princesse était la plus belle, la plus forte et surtout la plus libre personne en ce bas monde. Impossible qu’il existe un homme suffisamment bien pour faire chavirer le cœur de la princesse.

:snake : (on revient un peu dans le passé)
– Princesse, Dalia qui était portée disparue est enfin de retour à Amazon Lily. La seule chose qui vint en tête d’Hancock qui entendait ces mots de Enishida, fut juste un mot : Qui ?
Vu qu’Hancock ne s’intéressait pas aux autres personnes, elle ne se souvenait de personne, excepté les gens quelle voyait tous les jours. Mais on lui pardonnait facilement ses oublis, car elle était belle. Hancock ne pensait qu’à Luffy. 90 % de ses pensées étaient tournées vers Luffy. Les 10 % restants étaient pour la gestion d’Amazon Lily. Il n’y avait pas d’autres places pour penser à autre chose.
– Mais si, elle avait disparue en mer le soir d’une tempête et depuis plus de nouvelles. Apparemment elle a été secourue par un navire commercial qui passait par là.
– Ah, je vois.
Hancock n’en avait rien à faire. Elle continuait de fixer le mot pensant à quel point Luffy lui manquait.
– Pour traverser Calm Belt, elle est passée de navire en navire jusqu’à finalement terminer son voyage sur une petite embarcation avec laquelle elle a ramé jusqu’à Amazon Lily.
– Je vois.
Luffy lui manquait trop.
– Elle est passée par beaucoup d’épreuves pour rentrer ici. C’est une chance qu’elle soit arrivée en un seul morceau.
– Je vois
– Il parait qu’elle a donné naissance à un enfant.
– Quoi ?!
Surprise par l’information Hancock se retourna violemment vers Enishida.

Page 9/10

Hancock faisait les cent pas dans la pièce. Elle désirait tant entretenir une relation avec Luffy. Mais il restait insensible à ses charmes. Luffy, lui qui continuait de lui montrer de la bienveillance, qui avait de grands objectifs et de fortes convictions, et qui était plus libre que quiconque. Elle voulait apprendre à mieux connaître Luffy, que Luffy en sache plus sur elle. Et surtout que Luffy l’aime autant qu’elle l’aimait. Hancock ne savait pas quoi faire avec ses sentiments. Elle ignorait complètement ce qu’il était bon de faire avec ses sentiments quand on tombait amoureux. Vu que sa seule présence à elle suffisait à faire chavirer les cœurs, elle n’avait jamais envisagée de rechercher l’amour de quelqu’un. Après avoir congédiée Enishida. Hancock s’assit sur son lit et se mit à penser. Comment Dalia a-t-elle fait pour se mettre en couple ? Quelles sont les étapes pour en arriver à ce niveau-là ? Alors que sur tous les aspects que ce soit la beauté, la force, l’intelligence Hancock la surpassait, Dalia avait réussi là où Hancock avait échouée, à savoir conquérir le cœur d’un homme.

Si ça se trouve il existe des techniques secrètes qui ne se transmettent qu’à l’étranger. À supposer que cela soit vrai, Hancock ne pouvait pas se permettre de ne rien savoir. C’est pour cette raison que Hancock décida de convier Dalia au palais. Si elle ne posait pas la question à Dalia, Hancock ne pourrait pas se dégager l’esprit et aller de l’avant.

Note du traducteur : la suite du texte, c’est exactement la même scène que quand Dalia est venue dans la chambre de Hancock. Sauf que cette fois ci on suit la scène du point de vue de Hancock alors qu’avant on suivait la scène du point de vue de Dalia.

Escortée par Enishida, Dalia arriva dans la chambre de Hancock. – Princesse, Ça fait longtemps. C’est Dalia.

Dalia semblait effrayée. Hancock la fixait du regard tel un paon qui jauge la valeur de son rival amoureux. Hancock voulait savoir les tenants et aboutissants de la relation de Dalia avec l’homme. Il ne faisait aucun doute que Dalia avait vécu des expériences de rêve que Hancock n’avait jamais envisagées même dans ses rêves les plus fous. Rien qu’en imaginant cela, Dalia qui n’était qu’une femme banale paraissait briller de mille feux à Hancock. Elle voulait qu’elle lui apprenne les techniques pour se mettre en couple avec un homme. Là tout de suite elle voulait se mettre en couple avec Luffy. Et surtout elle voulait se marier sans plus attendre avec Luffy. Hancock releva la tête et se mit à parler.

– Dalia, j’ai entendu que tu es revenue enceinte sur l’île.

– Apparemment tu as trouvé quelque chose qui comptait pour toi à l’étranger.

– Mon unique raison de vivre est de vous servir, princesse. Hancock n’avait que faire de ces futilités, elle voulait rentrer dans le vif du sujet.

– Comme vous l’avez fait remarquer, pendant mon séjour à l’étranger, j’y ai trouvé quelque chose d’important à mes yeux et cette chose est aussi importante que vous, princesse. Hancock commençait à s’impatienter. Dalia ne correspondait pas du tout à la description que lui en avait faite Enishida. Enishida l’avait décrite comme de nature faible et hésitante, mais là sans aucune gêne quelconque elle parlait de sa relation avec un homme. Serait ce la maladie de l’homme qui la rendait si courageuse ?

– Parle-moi de cette chose qui te rend si heureuse !

– Ce matin quand je l’ai quittée. Elle était plutôt calme. Mais c’est assez inhabituel. D’habitude soit elle pleure soit elle dort.

Page 10/12

– Quoi ? Les hommes dès qu’ils se mettent en couple ne font que pleurer et dormir ? Hancock ne pouvait imaginer un seul instant Luffy pleurer. Et si cela devait arrivait comment devait-elle réagir ? Hancock devenait de plus en plus nerveuse. C’est quelque chose d’effrayant les hommes en couple.

– Et à part pleurer ils font des quoi ?

– Quand elle a faim, elle tête mes seins. Téter les seins ?! Les hommes en couple sont intéressés par ce genre de chose ? Hancock rougit légèrement tout en regardant ses seins. Hancock était prête à céder à tous les caprices de Luffy, mais rien que de l’imaginer ça la rendait nerveuse. Par le passé quand Luffy l’avait vu nue, il ne s’était pas montré le moins du monde intéressé.

– Je ne les pensais pas intéressés par les seins.

– Ah bon.

– Princesse, vous vous êtes déjà occupée de ce genre de personnes ?

– Bien sûr que oui.

– Pendant que tu étais perdue en mer ? Mon aide a été sollicitée et j’ai prêté main forte.

– Quel petit chanceux. Que la princesse s’occupe de lui.

– Je ne pense qu’il en ait pris conscience de cette chance. Il passait son temps à rire tout en me faisant courir dans tous les sens. Pour la première fois Dalia et Hancock semblait sur la même longueur d’onde.

– Enfin bref passons…. Tu as entretenu une relation avec un homme pour avoir ce bébé ? Comment vous êtes vous rencontrés ? Qui a fait le premier pas ?

On entrait enfin dans le vif du sujet. Dans l’histoire que Dalia lui racontait, se trouvait sûrement les clés qui allaient lui permettre d’ouvrir le cœur de Luffy. Dalia commença son histoire. Dalia lui raconta comment elle avait échoué sur une île déserte, comment elle avait été secourue par un équipage composé uniquement d’hommes, comment ils s’étaient bien occupés d’elle. Écouter parler Dalia rappelait à Hancock la fois où Luffy était venu lui rendre visite quand elle était en convalescence. À l’époque, elle souffrait d’une maladie inconnue et Luffy s’inquiétait pour elle. À l’époque, il lui avait aussi demandé de l’aide pour sauver son frère Ace, mais ça, c’est une autre histoire.

– Je leur avais donné un faux nom au début, mais j’ai fini par lui révéler mon vrai nom un jour. Ce nom qui avait été le mien depuis ma naissance et auquel j’étais habituée eut une résonance toute particulière quand il sortit de sa bouche. Hancock comprenait parfaitement ce qu’avait dû ressentir Dalia à l’époque.

Page 11/12

Chaque fois que Luffy l’appelait « Hancock » elle goûtait au même plaisir et chaque fois qu’elle entendait la voix de Luffy elle sentait une douce chaleur lui parcourir tout le corps. Mais dans le cas de Hancock ce n’était pas seulement le fait d’entendre son nom, Luffy lui avait déjà aussi tenu la main. Une seule chose pouvait expliquer cela, Luffy avait aussi des sentiments pour Hancock donc c’était un amour partagé.

– Maintenant que j’y pense j’étais déjà à l’époque contaminée par le virus des hommes. La nourriture qu’on me donnait avait beau être des restes, ces moments passés avec lui étaient spéciaux et inoubliables. Notre relation s’est nouée de façon naturelle. Cela signifierait que Hancock et Luffy serait déjà en couple ? Par le passé ils avaient à de nombreuses reprises partagées le repas. C’est un fait qu’on ne pouvait pas nier. Par exemple quand ils faisaient route vers Impel Down.

Pour Hancock, Luffy et elle, entretenaient des relations de couple.

– Un mois après que je sois montée à bord du navire, s’est tenue la fête d’anniversaire d’un des membres d’équipage. Alors que tous les autres membres d’équipage faisaient la fête en cabine, on s’est tous les deux rendus sur le pont et on s’est mis à danser suivant le rythme de la musique qui s’échappait de la cabine. C’est là qu’il m’a fait sa demande.

Une demande en mariage. Incroyable ! Il suffit de danser pour faire sa demande en mariage ? Cela signifierait que Luffy lui aurait déjà fait la sienne. La veille du départ de Luffy d’Amazon Lily, les habitantes lui avaient organisé un banquet et d’après ce qu’on raconte, Luffy leur aurait montrées une danse bizarre où l’on s’enfonce des bouts de bâton dans les narines (depuis ce jour cette danse rencontre un franc succès à Amazon Lily). Hancock fut pris de frissons. Elle ignorait …. Qu’ils étaient déjà fiancés.

– Les autres membres d’équipage nous ont organisés une cérémonie de mariage improvisée avec plein de nourritures et nous ont souhaité des vœux de bonheurs. J’étais heureuse et je suis sûr qu’il l’était aussi.

En y repensant Luffy possède aussi des compagnons. Même en se forçant Hancock n’arrivait pas à se souvenir distinctement de leur visage. Elle avait déjà vu leur visage sur les avis de recherche, mais rien y fait, elle ne visualisait que du vert, de l’orange et du jaune. Quoiqu’il en soit elle se devait de les inviter à leur mariage. Il fallait fêter ça en grande pompe. Peu importe les vêtements ça irait bien à Luffy. Vu l’appétit de Luffy, la nourriture prévue pour le mariage ne serait pas sans doute suffisante. Il faudrait au moins préparer 100 000 tonnes de viandes et un gâteau de mariage plus haut qu’une montagne. Tous ces préparatifs allaient bien occupés Hancock. Hancock devrait mettre la main à la pâte dès demain. Hancock partait loin dans ses délires, mais les propos de Dalia ramenèrent Hancock à la réalité.

– Quand je m’aperçus que j’étais enceinte le bateau de mon homme était déjà sur l’île suivante.

Page 12/12

Après le départ de Dalia, Hancock appela la grand-mère Nyon à ses appartements.

– Que me voulez-vous, princesse ?

Hancock lui répondit : j’ai une grande annonce à faire ! La grand-mère Nyon avait toute son attention. Hancock prit une grande inspiration et continua à parler : Je vais porter l’enfant de Luffy.

Fin

Merci d’avoir lu le roman de Hancock, pour soutenir notre travail, suivez nous sur intagram et Twitter et partagez nos articles. À très bientôt pour d’autres projets !

Auteur Mobius, Traducteur : Walter

In this post:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Catégories
Archives